Perspectives Conseils - Toutes l'actualités autour du conseil aux dirigeants
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Partager
cet article

Se projeter

Excédent de trésorerie : comment optimiser la rentabilité ?

Date de MAJ :

William Bodilis
Assistant comptable
8 min
Trésorerie excédentaire : quels placements pour votre société ?

Un excédent de trésorerie représente le surplus d’argent liquide disponible que dégage la rentabilité de l’entreprise après avoir réglé toutes ses dépenses courantes. L’optimisation de cet excédent consiste à utiliser ces fonds de manière stratégique pour générer davantage de trésorerie à l’avenir. En optimisant l’excédent de trésorerie, on peut augmenter les revenus, renforcer la sécurité financière, réduire les coûts et bénéficier d’avantages fiscaux, ce qui assure une croissance durable et une meilleure stabilité financière.

Quelques conseils pour optimiser la rentabilité de votre trésorerie avec Perspectives Conseils, expert-comptable impliqué.

Table des matières

Distinguer l’allocation de la trésorerie excédentaire et la gestion de trésorerie

Lorsqu’il s’agit d’optimiser votre trésorerie excédentaire, nous parlons d’allocation de trésorerie excédentaire. Cette optimisation est à distinguer de la gestion de trésorerie plus globale.

 

La gestion de trésorerie

La gestion de trésorerie renvoie à la surveillance des flux de trésorerie pour garantir la liquidité et prévoir les besoins de trésorerie, en optimisant notamment les délais de paiement et d’encaissement. C’est-à-dire :

  • Anticiper les mouvements à venir pour une meilleure visibilité
  • Prévenir les aléas et les décalages qui pourraient affaiblir la santé financière de l’entreprise
  • Déployer la meilleure gestion financière à court/moyen/long terme

Elle concerne donc la gestion courante des comptes de votre entreprise.

 

L’allocation de la trésorerie Excédentaire

L’allocation de la trésorerie excédentaire concerne spécifiquement l’utilisation stratégique des fonds disponibles au-delà des besoins opérationnels immédiats de l’entreprise (BFR). Dès lors, il faut décider comment ces excédents peuvent être investis ou utilisés pour maximiser leur rendement futur excédentaire. Cela permet :

  • Le remboursement de dettes: Rembourser un ou des emprunts pour réduire les coûts d’intérêts
  • Le Capex ou Réinvestissement dans l’entreprise: financer des projets de croissance, comme l’expansion des capacités de production, le développement de nouveaux produits, ou l’amélioration des infrastructures
  • L’investissement financier: Placer les fonds excédentaires dans des actions, des obligations, ou autres instruments financiers que nous allons voir pour générer des revenus supplémentaires.

 

Durée d’investissement et liquidités du placement

Pour optimiser votre excédent de trésorerie, vous devez absolument considérer la durée d’investissement. Elle est essentielle car elle influence le choix des placements. Pour les investissements à court terme, la priorité est donnée à la liquidité, car l’entreprise doit pouvoir accéder rapidement aux fonds. Des placements comme les comptes à terme ou des livrets bancaires sont facilement convertibles en cash.

En revanche, pour les investissements à long terme, les produits peuvent être moins liquides mais offrir des rendements plus élevés, comme les actions ou l’investissement immobilier qui ont un horizon plus long terme (nous conseillons 10 ans). Cependant, ces produits comportent un risque d’illiquidités, c’est-à-dire la difficulté de vendre rapidement sans perte significative de valeur à cause de la volatilité à un instant T.

En somme, plus la durée d’investissement est courte, plus il est crucial que les produits soient liquides et stables. Plus la durée d’investissement est longue, plus il est intéressant d’aller sur des classes d’actifs plus volatiles mais avec une meilleure prime de risque.

 

Stratégie d’optimisation d’excédent de trésorerie selon votre profil

Le rendement attendu est directement lié au niveau de risque : plus le risque est élevé, plus le rendement potentiel doit être attractif pour compenser ce risque. Lors de l’allocation de la trésorerie excédentaire, il est crucial de trouver un équilibre entre rendement attendu et risque encouru en fonction de l’horizon de temps de l’entreprise. Cela permet de maximiser les rendements tout en minimisant les risques.

Le niveau de risque que chaque investisseur est prêt à prendre est souvent surestimé. La diversification est un critère important pour éviter un risque de marché lié au secteur ou au produit sur lequel nos investissements sont placés. Plus le risque du placement sera élevé, plus l’horizon de placement recommandé sera long. Il est donc essentiel de connaitre son horizon de temps et connaître son acceptabilité face au risque de perte en capital. Perspectives Conseils peut vous aider à déterminer avec vous votre stratégie et votre profil.

 

Évaluer le risque de placement avec le SRRI

Le SRRI (pour Synthetic Risk and Reward Indicator) évalue le niveau de risque des produits financiers, tels que les fonds d’investissement, sur une échelle de 1 à 7 (1 étant le risque le plus faible et 7 le plus élevé). Il est calculé en fonction de la volatilité historique des rendements du fonds, indiquant ainsi la stabilité ou la volatilité du produit. Inclus dans le Document d’Informations Clés pour l’Investisseur (DICI), le SRRI aide les investisseurs à comparer facilement les fonds pour faire des choix éclairés selon la tolérance au risque. Il favorise la transparence et la simplicité, permettant une compréhension rapide du niveau de risque associé à chaque produit financier.

 

Horizon de TempsType de trésorerieType de produitAvantagesInconvénients
Court Terme -12 moisTrésorerie Courante

SRRI 1

Dépôt à terme (DAT)

Compte à terme (CAT)

Support Monétaires

Aucun plafond Garantie en Capital

Taux de Rémunération connu à l’avance

Rémunération Libre

Disponible mais pénalités

Indisponibilité sur la période de placement (sauf pénalités)

Taux de Rémunération variable en fonction des taux et besoin de l’émetteur

Moyen Terme 12-36 MoisTrésorerie de sécurité SRRI 2 à 3Compte titres

ETF CAC 40 et S&P 500

Aucun Plafond d’investissement offre de support limité

Liquidités Variable

Possibilité de gestion (libre ou sous mandat ou pilotée)

Rendement illimité

Absence de rendement garanti
Long terme + 36 moisTrésorerie de Réserve

SRRI 1 à 5

Contrat de capitalisationAucun plafond

Accès au fonds en euro

Offre de support importante

Rendement illimité

Conditions d’accès règlementées

Pénalités sur le fond en euros en cas de rachat avant 4 ans

Formalités administratives

Effet de LevierTrésorerie de Réserve

SRRI 5 à 7

Compte-titres

Contrat de capitalisation

Private Equity

 

Aucun plafond

Rendement très important

Fiscalité potentiellement attrayante

Absence de rendement garanti

Volatilité extrême

 

 

 

Les choix de placement pour votre trésorerie excédentaire

Compte à terme, contrat de capitalisation, compte titres en société, SCPI, produits structurés, Effet de levier… Voici 6 possibilités de placement pour rentabiliser votre trésorerie excédentaire.

 

Compte à Terme (CAT) : l’épargne sécurisée

Un compte à terme est un produit d’épargne dans lequel vous déposez une somme d’argent pour une durée déterminée, allant de quelques mois à plusieurs années. Pendant cette période, votre argent est bloqué, c’est-à-dire que vous ne pouvez pas le retirer sans pénalités. En échange de ce blocage, la banque vous offre un taux d’intérêt fixe, actuellement entre 3 et 3,5% d’intérêt selon les banques. De plus, c’est un produit très sécurisé car il n’y a aucun risque de perte en capital.

 

Le Contrat de Capitalisation pour une personne morale à l’IS : l’avantage fiscal

Un contrat de capitalisation pour une personne morale à l’IS permet à une entreprise de placer des fonds et de capitaliser les intérêts sans imposition immédiate. Ce placement est très proche de l’assurance vie dans sa forme car tous deux gérés par le code des assurances mais non soumis à la fiscalité hors succession. Les plus-values sont taxées à l’impôt sur les sociétés uniquement lors du rachat. Ce produit offre des avantages fiscaux en différant l’imposition des gains, permettant ainsi une optimisation de la trésorerie excédentaire et une gestion flexible des liquidités. Ainsi, les sociétés soumises à l’IS sont imposées chaque année sur le gain réalisé, à la manière d’une prime de remboursement (selon une méthode actuarielle) et ce même si elles n’effectuent aucune cession ou rachat. Le taux d’imposition est le taux appliqué à l’IS.

Exemple :

Une SARL souscrit un contrat de capitalisation avec une prime unique de 1 000 000 € versée le 1er janvier N. La valorisation réelle du contrat à fin 2026 est de 5 % (soit 1 050 000 € avec 50 000 € de produits capitalisés).

Valorisation réelle du contrat de capitalisation à fin 2026 est de 5% (soit 1 050 000 € avec 50 000 € de produits).

Valeur économique :

Valeur du contrat en N : 1 000 000 €

Valeur du contrat en N+1 : 1 050 000 €

Valeur fiscale :

Valeur du contrat en N : 1 000 000 €

Valeur du contrat en N+1 : 1 010 185 €

L’assiette imposable en 2026 sera égale à :

Valeur du contrat x 105 % du TME = 1 000 000 x 105 % x 0,97 % (TME de décembre N) = 10 185€ seront donc imposables à l’IS.

Les sommes versées peuvent être investies sur des fonds en euro garantis en capital ou sur des supports financiers et immobiliers (OPC et SCPI) pour un meilleur rendement. De plus, les contrats de capitalisation ne font pas partie de votre base imposable à l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI), sauf pour les supports financiers assimilables à de l’immobilier (SCPI, SCI et certains OPCI). C’est un investissement fiscalement avantageux avec une vision moyen/long terme.

 

Le compte-titres pour une société à l’IS : la flexibilité

Le compte-titres pour une société à l’IS est un compte permettant de détenir et de gérer des valeurs mobilières telles que des actions, des obligations ou des fonds d’investissement (ETF, Sicav…). Contrairement au contrat de capitalisation et au contrat à terme, il offre une plus grande flexibilité et une diversification aisée des investissements.

Cependant, il ne bénéficie pas des avantages fiscaux spécifiques de ces deux produits, tels que la défiscalisation temporaire du contrat de capitalisation ou la garantie de rendement du contrat à terme. Sur un plan fiscal, les dividendes et les plus-values sont imposés à 25% (taux de l’IS). Le compte-titres permet même de bénéficier du taux réduit de 15% si les dividendes sont inférieurs 42 500 € contrairement au compte titres standard (dividendes imposés à 30%).

D’autres spécificités rendent ce placement en compte-titres intéressant :

  • Les titres de participations sont imposés uniquement à 12%
  • Les titres de sociétés immobilière sont imposés uniquement à 19%

Vous l’aurez compris, Il faut envisager un investissement à long terme avec cette classe d’actifs.

 

Les SCPI : le placement immobilier sans contrainte d’achat

Les SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier) sont des investissements collectifs dans l’immobilier, avec lesquels les investisseurs détiennent des parts de propriété dans des biens immobiliers gérés par la société de gestion. Comparées au contrat de capitalisation et au contrat à terme, les SCPI offrent une exposition directe à l’immobilier sans nécessiter l’achat ou la gestion directe de biens immobiliers. La SCPI permet également une diversification du portefeuille dans l’immobilier mais peut s’avérer moins liquide que d’autres investissements. En effet côté fiscal, les investissements via une SCPI ne bénéficient pas des avantages fiscaux spécifiques aux contrats de capitalisation ou à terme. Les revenus de la SCPI sont soumis aux revenus fonciers et les plus-values de cessions de parts sont soumises au régime des plus-values immobilières. Cette classe d’actifs est actuellement en difficulté mais performe sur le long terme. Cela nous ramène à l’importance de la diversification dans le cadre d’une optimisation d’un excédent de trésorerie.

 

Les produits structurés : l’investissement personnalisé

Les produits structurés sont des instruments financiers complexes combinant plusieurs actifs, tels que des actions, des obligations et des produits dérivés et permettent de créer un produit d’investissement unique. Ils sont conçus pour répondre à des objectifs spécifiques d’investissement, comme la protection du capital, la génération de revenus ou la participation à la performance d’un marché sous-jacent avec un risque contrôlé. Les avantages des produits structurés incluent la personnalisation selon le profil de risque de l’investisseur et des rendements potentiellement attractifs. Cependant, ils peuvent être plus complexes et moins liquides que des investissements traditionnels, avec des frais potentiellement plus élevés et un risque de perte en capital.

 

L’effet de Levier : l’amplificateur de gains (ou de pertes)

L’effet de levier permet à un investisseur d’amplifier ses gains (ou pertes) en utilisant des fonds empruntés. Par exemple, supposons qu’un investisseur dispose de 10 000 € et utilise un effet de levier de 5 :1. Il emprunte donc 40 000 €, ce qui lui permet d’investir 50 000 € au total. Si l’investissement augmente de 10 %, sa valeur passe de 50 000 € à 55 000 €. Le gain est de 5 000 €. Après avoir remboursé les 40 000 € empruntés, l’investisseur reste avec 15 000 €, soit un gain net de 5 000 € (50 % sur son capital initial de 10 000 €). Cependant, si l’investissement baisse de 10 %, sa valeur tombe à 45 000 €. L’investisseur doit toujours rembourser les 40 000 €, laissant un capital de 5 000 €, soit une perte de 5 000 € (50 % de son capital initial). On retrouve souvent le système d’effet de levier sur des supports tels que des comptes titres, des contrats de capitalisation ou encore le Private Equity. Ainsi, l’effet de levier peut multiplier les gains, mais aussi les pertes, augmentant le risque de l’investissement.

 

Perspectives Conseils pour la gestion de votre excédent de trésorerie

Le mieux pour ne pas se perdre dans toutes ses possibilités de placement et ces stratégies d’optimisation de trésorerie excédentaire, c’est de s’informer et de connaître le profil de son entreprise pour faire le bon choix.

Ce guide a proposé les placements les plus connus mais il en existe d’autres. Une étude plus poussée de votre profil permettrait de définir les bons leviers d’optimisation et de placement. Perspectives Conseils peut vous accompagner et vous aider à choisir avec vous la classe d’actifs et le ou les produits à exploiter pour faire fructifier votre trésorerie. Contactez-nous sans hésiter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces articles peuvent vous intéresser
VOUS CONSEILLER

Perspectives Conseils est un cabinet d’expertise comptable et de conseils aux entreprises et dirigeants.

Aide à la création d’entreprise, comptabilité et fiscalité, optimisation du statut de dirigeant, conseils en gestion d’entreprise et de patrimoine … Nous accompagnons les entrepreneurs et entrepreneuses tout au long de l’année pour la réussite de leur activité.

Nos prestations fonctionnent au forfait ou par missions ponctuelles, selon la nature de votre besoin et l’intérêt de notre collaboration.

Présents pour chaque étape de votre vie de dirigeant
Pour aller plus loin
Perspectives Conseils expertise-comptable et conseils aux dirigeants
Perspectives conseils votre conseiller expert dans la création d'entreprise
Merci pour votre confiance !

Votre demande a été prise en compte. Vous serez contacté(e) d’ici 48H par votre conseiller